Présentation de l’ultracyclisme et des meilleurs pneus longue distance-

Dans le cadre de notre dossier sur les pneus qui sortent vainqueurs des courses les plus prestigieuses, nous nous interrogeons sur les meilleurs pneus longue distance. On se penche donc sur cette discipline aussi particulière qu’éprouvante qu’est l’ultradistance à vélo ou l’ultracyclisme avec les vainqueurs du BikingMan.

Qu’est-ce que l’ultradistance à vélo ?

Petit historique de l’ultracyclisme dans le Monde

L’ultradistance à vélo c’est avant tout un état d’esprit et une communauté très forte. Devenue populaire récemment en Europe par le biais d’épreuves comme la TransContinental Race ou le BikingMan, c’est aux Etats-Unis au début des années 1980 que ce phénomène a vu le jour. La Race Across America (RAAM), considérée comme l’épreuve reine de l’ultracyclisme, a connu sa première édition en 1982. Elle reliait Santa Monica en Californie à New York sous le nom de « The Great American Bike Race ». L’idée de John Marino, fondateur de l’événement, était de créer la course de vélo la plus difficile au monde. Il fallait ainsi traverser les Etats-Unis d’ouest en est sur près de 5000 km.

>>> A LIRE AUSSI : Nous avons testé les boyaux Michelin Power Competition sur de la longue distance

Qu’en est-il de l’ultradistance à vélo en France ?

Plus près de chez nous, le monde de l’ultradistance rencontre également de nombreux adeptes. La RAAM y a d’ailleurs son penchant depuis peu avec la Race Across France. Cette course qui traverse la France s’étend sur 2600 km et relie Mandelieu-La-Napoule au Touquet.

En 2016, l’explorateur et aventurier Axel Carion a eu l’idée de mélanger bikepacking et ultradistance en créant le BikingMan. Le BikingMan est une course d’ultracyclisme. Elle a lieu partout dans le Monde et surtout sans assistance, sorte de championnat du Monde d’ultra en autonomie.

Taiwan, Oman, Portugal, Pérou ou bien sûr France. Le BikingMan a lieu partout où la route le permet et partout où elle grimpe surtout. En juin 2021 ont eu lieu les deux dernières épreuves en date du BikingMan. L’une faisant le tour de la Corse sur 1000 km et avec un dénivelé positif total de 18 000 mètres. L’autre le 21 juin, 1000 km et 20 000 mètres de dénivelé entre Cannes, Avignon et Gap. Le tout sans assistance et avec un temps limite pour effectuer le parcours. Autant dire qu’il vaut mieux bien être équipé niveau pneus pour la longue distance. Voire même avoir une ou deux paires de rechange !

Les valeurs et la philosophie véhiculées par l’ultradistance

L’ultradistance à vélo s’appuie sur des valeurs fortes. Qu’elles soient individuelles ou collectives, ces valeurs sont prépondérantes dans cette discipline si particulière.

Les valeurs individuelles nécessaires tout d’abord. Un mental à toute épreuve, de la patience et un certain goût de l’effort afin de se dépasser. Après il y a aussi des valeurs à l’égard des autres. De l’intégrité, du respect mutuel et une bonne dose d’humilité car l’ultracyclisme est avant tout une communauté forte qui peut s’entraider sur une course.

Le but peut parfois être la victoire pour les meilleurs mais pas par n’importe quel moyen. Le défi pour la plupart des participants est avant tout de finir la course. D’ailleurs plus qu’une course, l’ultracyclisme est plus une expérience à vivre. Les courses sans assistance ont également d’autres côtés positifs puisque l’autonomie encourage à l’échange avec les populations locales et à la découverte.

>>> A LIRE AUSSI : Les courses d’ultradistance et l’alimentation

Quels sont les meilleurs pneus vélo route pour l’ultradistance ?

Suite aux deux premières épreuves BikingMan de 2021 courant juin, nous avons contacté ceux qui sont arrivés en tête à l’arrivée à Cannes et au sud de Bastia. Nous souhaitions connaître leurs choix en matière de pneus longue distance et leur ressenti sur des épreuves aussi longues et éprouvantes.

Pour des épreuves comme celles-ci, inutile de dire que l’entraînement et la force mentale sont, bien sûr, des données très importantes mais elles ne suffisent pas à elles seules. Le matériel est également primordial et la bonne paire de pneus peut évidemment faire la différence. Chez les vainqueurs, on constate d’ailleurs l’utilisation principalement de pneus avec chambre à air. Très peu ont fait le choix des pneus vélo de route en tubeless.

Clément Clisson avec ses pneus longue distance Pirelli 4S
©BikingMan / David Saintyves

Quel pneu longue distance a tiré son épingle du jeu sur les routes corses ?

La première chose qui ressort des réponses des vainqueurs du BikingMan Corsica est l’état des routes corses. Pas nécessairement toujours très « roulantes » pour ainsi dire. L’utilisation de pneus adéquats et résistants pour la longue distance est donc d’autant plus nécessaire. Ils permettent d’éviter les crevaisons et de ne pas perdre de temps avec les réparations imposées par les aléas de la course.

Les vainqueurs de cette édition avaient tous fait des choix différents en matière de modèle et de marque de pneus pour la longue distance. A noter une seule utilisation de tubeless par Nico Faure. Il a opté pour des Goodyear Eagle F1 en 28 mm gonflés à 4 et 4,3 bars pour prévenir les irrégularités de la route. S’il a crevé deux fois, dont une qui s’est résorbée seule grâce au liquide préventif, ces pneus se sont surtout démarqués par leur bonne tenue de route et une faible résistance au roulement dès que l’asphalte était plus roulant.

Pneu longue distance Goodyear pour Nico Faure
©BikingMan / David Saintyves

Tous les autres vainqueurs avaient pour leur part opté pour un montage tubetype avec chambre à air. Clément Clisson par exemple, roulait en Pirelli 4S 25 mm gonflés à 7,5 bars. Ces pneus offrent un excellent grip sur route humide et en montagne et aucune crevaison à déplorer durant la course. Stéphane Lombard a opté pour des Schwalbe Durano Plus de 25 mm en tringles souple. Ils possèdent une bonne accroche sous la pluie. Le 25 mm permet ici de garder suffisamment d’espace entre le pneu et le cadre en cas de boue sur les pneus lors des passages gravel par rapport à du 28 mm.

Aucune crevaison à déplorer non plus pour Philippe Patrick et ses Continental GP 5000 en 25 mm également. Pneu très résistant qui ne néglige pour autant ni le confort, ni le grip sur routes sèches et humides, ce qui peut être rassurant notamment en descente lorsque la route est mouillée.

Après Goodyear, Pirelli, Schwalbe et Continental, Marguerite Muhlhaus, 1ère femme, avait quant à elle choisi Veloflex. Elle était équipée des pneus Veloflex Corsa en 28 mm et n’a connu aucune crevaison malgré l’état des routes corses.

Malgré des choix différents, on constate finalement la résistance des pneus choisis. En effet, très peu de crevaisons ont été subies sur ces pneus testés sur plus de 1000 km de routes pour le moins irrégulières et dans des conditions changeantes.

>>> A LIRE AUSSI : Notre test des pneus route Pirelli P Zero Race

Continental et Michelin finissent en tête du BikingMan France

Sur des routes jugées moins accidentées et en meilleur état qu’en Corse, les coureurs sont partis sur la route des cols mythiques. Ils ont notamment gravi le Mont Ventoux, le col de la Bonette ou le col de Vars.

1000 km et 5 jours durant lesquels les pneus ont été mis à rude épreuve. Les vainqueurs dans les trois catégories (Homme, Femme et Equipe) ont tous opté pour un montage tubetype.

Gawen Brémond et Laurent Escalle sont arrivés en tête du classement par équipe. Ils étaient équipés de pneus route Michelin Pro V4 en 25 mm gonflés à 6,5 bars. Aucune crevaison subie donc un pneu plutôt résistant.

Rémi Borrion sur les routes du BikingMan
©BikingMan / David Saintyves

Mais c’est Continental qui s’est démarquée sur cette épreuve puisque la marque équipait les vainqueurs du classement individuel, homme et femme. Yoshie Yabu avait des Continental Gator Skin Hard Shell en 700 x 28 mm. Aucune crevaison non plus ! Rémi Borrion, quant à lui, avait décidé de chausser des pneus Continental GP 5000 700 x 25 mm. S’il a crevé 3 fois sur le parcours avec des routes plutôt convenables, il attribue plutôt ces crevaisons à des erreurs d’inattention dues à la fois à la fatigue mais également au fait de devoir être concentré sur la trace GPS. Au même titre que Philippe Patrick qui a gagné le BikingMan Corsica en équipe, il met en avant un bon rendement et une bonne accroche en descente ce qui permet de se sentir plus en sécurité. Primordial surtout durant une course d’ultra très longue où le sommeil se fait rare.

Yoshie Yabu, 1ère femme du BikingMan
©BikingMan / David Saintyves

>>> A LIRE AUSSI : Test des pneus route Continental GP 5000 en tubeless et tubetype

Après la Corse et le Sud-Est de la France, le BikingMan repart en France le 9 août pour une épreuve en Auvergne Rhône Alpes. Au programme de 2021, le Pays Basque, le Portugal et enfin le Brésil pour toujours plus de bitume à avaler sous les pneus vélo des ultracyclistes.

Un grand merci à Axel Carion, fondateur et organisateur du BikingMan. Ainsi qu’aux vainqueurs de l’édition du BikingMan Corsica, Clément Clisson, Stéphane Lombard, Nicolas Faure, Marguerite Muhlhaus et Patrick Philippe. Mais aussi Rémi Borrion, Yoshie Yabu et Gawen Brémond, qui sont arrivés en tête du BikingMan AURA, pour leur participation à cet article.

>>> A LIRE AUSSI : Quels sont les meilleurs pneus des JO de Tokyo 2020 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *