Couverture

0 commentaire

Hegau bike marathon : une course au milieu des volcans… en Allemagne !

L’Hegau Bike Marathon, manche du calendrier UCI Marathon series pour la plus grande distance, est une des premières manches en Europe de la saison comptant pour le classement UCI marathon. Manche bien connues des marathoniens, les organisateurs n’en sont pas à leur premier coup d’essai puisqu’il s’agit cette année de la 17ème édition.   N’ayant pas pu me rendre pour la 1ère manche UCI marathon series en France à Laissac, je décide de me rendre sur cette course allemande que je découvre pour la 1ère fois.   Ce …

L’Hegau Bike Marathon, manche du calendrier UCI Marathon series pour la plus grande distance, est une des premières manches en Europe de la saison comptant pour le classement UCI marathon. Manche bien connues des marathoniens, les organisateurs n’en sont pas à leur premier coup d’essai puisqu’il s’agit cette année de la 17ème édition.
 
N’ayant pas pu me rendre pour la 1ère manche UCI marathon series en France à Laissac, je décide de me rendre sur cette course allemande que je découvre pour la 1ère fois.
 
Ce marathon se déroule dans la région de Bade-Wurtemberg dans le sud de l’Allemagne, plus précisément dans la petite ville de Singen, proche de la frontière Suisse et aux abords du lac de Constance. Cette épreuve tire son nom de la chaine volcanique « Hegau » qui fait la réputation et un des principal attrait de cette région ; Et oui a ma grande surprise il y a une chaine volcanique en Allemagne ! La ville de Singen étant à seulement 2h environ de la frontière française, départ la veille de la course avec l’excitation de découvrir une nouvelle épreuve, un nouveau terrain de jeu et ces paysages dont l’existence m’étaient totalement inconnue. En arrivant dans cette région, c’est avec émerveillement que l’on découvre ces « ballons » et « pics » (870m pour le plus haut) émerger de la campagne allemande qui parait assez plate par ailleurs, certains d’entres eux étant même surmontés de forteresses : atypique et original ! Après une petite ballade dans la ville, direction l’accueil des participant pour retirer les dossards en fin de journée. Forcement après plusieurs éditions, on constate que tout est bien rodé : bonne organisation, une signalisation avec des pancartes pour vous indiquer où aller, des allemands très accueillants… et un petit cadeau avec l’inscription : un cache-cou aux couleurs de la course pour affronter les journées bien fraiches. Aux abords de la ligne de départ située sur une place principale de la ville, les camions des Teams « pro » (Centurion Vaude, Bulls, KTM Pro team,…) sont déjà installés et les mécaniciens sont aux petits soins pour préparer les machines pour le lendemain !
 
 


La course


 

 

Départ prévu à 10h30 (un bon point pour les gros dormeurs…) pour 100 km et 2500 mètres de dénivelé pour la course permettant de marquer des points UCI marathon. L’originalité de cette course est de parcourir 2 boucles identiques de 50 km, contrairement aux marathons habituels composés d’une grande boucle unique. L’avantage de ce format est de pouvoir déposer ses propres produits de ravitaillement sur la « feed zone » située à la mi-course vers la ligne de départ : pratique lorsque l’on est seul sans assistance externe. D’autres distances chronométrées et des randonnées sont proposés durant ce week-end festif et sportif pour que tous le monde puisse y trouver son compte : 31, 49, 80 km et courses pour les enfants. Il faut aussi souligner le nombre impressionnant de spectateurs aux abords du site de départ et de cyclistes de tous âges et tous niveaux ; On sent que le sport et particulièrement le cyclisme sont dans cette région comme une « religion ».
 
La mise en grille s’effectue 15 minutes avant le départ et grâce à quelques points UCI marathon je me retrouve au milieu de « grosses cylindrées aux mollets bien rasés et affutés »… ils ne sont pas là pour rigoler ! Le départ est donné à 10h30 pétante ! Dès les premiers coups de pédales, le peloton part à vive allure, emmené par quelques pointures internationales de la discipline : Urs Huber, Sascha Weber, Jochen Kab,… pour ne citez qu’eux. Le parcours est constitué de succession de courtes mais assez raides montées (a peine 200 mètres de dénivelé pour la plus longues, ce qui est peu en marathon) au milieu des champs avec l’ascension de quelques un des principaux « ballons » volcaniques de la région. Le terrain est très roulant constitué majoritairement de chemins blancs alternant avec quelques portions de bitume. Les portions vraiment « tous-terrains » tracées pour l’occasion sont rares et peu techniques ; Pour l’anecdote, certains concurrents ont même fait cette course avec des fourches rigides sur certaines éditions !
 


 

En parlant matériel, le choix du VTT laisse peu de doute devant cette description et tous les concurrents (ou presque) ont sortis le semi-rigide. Utiliser un « full » n’a aucun intérêt sur cette épreuve ! Pour les pneus, j’ai utilisé un montage que je connais bien : Maxxis Ikon 2,0 EXO Protection 3C Maxx Speed à l’avant et à l’arrière pour privilégier le rendement. Un montage encore plus roulant serait encore plus adapté sans être pénalisant même par temps humide car les portions de terre sont vraiment rares et peu techniques. Par exemple : Continental Race King Black Chili, Schwalbe Racing ralph Addix Speed (https://www.cycletyres.fr/pneu-schwalbe-racing-ralph-2019-addix-speed-snakeskin-tubeless-easy-6197.html) ou Maxxis Pace EXO Protection. Autre customisation payante pour cette épreuve est le choix du plateau ! Certaines côtes sont raides mais assez courtes et roulantes autorisant le montage d’un 32, 34 voir d’un 36 dents pour certains aux grosses cuisses (avec une transmission 12 vitesses). Etant sans assistance extérieur, je pars toujours avec une petite sacoche de selle contenant tous le nécessaire en cas de « pépin » mécanique et la toute nouvelle chambre à air Tubolito S-Turbo Extra-light : ultra-legère (45g), ultra-résistante et très peu encombrante ! Une nouvelle référence pour de nombreux vttistes (moi-même en faisant parti et testant cette nouvelle référence en ce moment : article à paraître prochainement dans votre blog favori).
 
Retour à la course ! Après un temps canon de 1h49, le 1er tour touche à sa fin pour les 1er concurrents. Les accompagnateurs et supporters se sont mobilisés en masse sur certaines portions du parcours, de quoi redonner de l’énergie dans les raidars. Le 1er tour se termine après 50 km en passant par la ligne d’arrivée qu’il faudra repasser une seconde fois. Après un bref arrêt de quelques secondes à la « feed zone » pour changer de bidon, c’est reparti pour un tour ! Pas facile de ne pas se laisser distraire par l’odeur des saucisses grillées au barbecue de la buvette située à quelques mètres…
 


 

Connaissant le parcours, cette 2ème boucle semble « moins longue » malgré la fatigue qui commence à se faire sentir dans les jambes. L’effort étant peut-être mieux géré connaissant les zones de repos possible ! Parmi les prétendants possibles à la victoire, c’est l’Allemand Sascha Weber qui franchira la ligne d’arrivé en premier avec un temps de 3h38min51s pour les 100km : une vrai fusée ! Le podium sera complété par Urs Huber et Jochen Kab. C’est toujours un réel plaisir de terminer un marathon sans soucis mécaniques ni défaillance physique et ce plaisir est encore plus grand lorsque l’on vous accueil à l’arrivée avec un grand sourire pour vous remettre autour du coup une médaille de « finisher » (petit souvenir qui fait toujours plaisir).
 


 

Un petit tour à la buvette typiquement allemande avant de reprendre la route et recharger les batteries : barbecue, saucisses allemandes, Strudel aux pommes,… et bien sur la bière qui coule à flot ! Pas de doute, nous sommes bien en Allemagne.
 
Une bonne journée de vtt marathon comme on les aime se termine sans aucune fausse note. L’Hegau bike marathon était une manche à découvrir : une région d’Allemagne peu connue mais atypique et attrayante, une organisation parfaite et un accueil très chaleureux. A cela s’ajoute un format de course « original » pour un marathon, une réputation et un gros niveau au départ de cette course ; Certains trouveront le parcours trop (voir beaucoup trop) roulant pour du vtt mais les 100 km à parcourir au milieu de cette campagne et volcans allemande, bien paisible au premier coup d’œil, vont vous faire chauffer les cuisses !
 


 
 

No related posts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>